L'ABEILLE NOIRE


Parfaitement adaptée à notre région, l’abeille noire, sous-espèce locale subit l’hybridation due à l’importation d’abeilles étrangères, risquant ainsi la disparition de son patrimoine génétique. Abeille Noire UNAPLA est un projet de sauvegarde mis en place dès 2018 avec le soutien de l’UNAPLA.

 

Apis mellifera mellifera, est présente en Europe de l'ouest depuis environ un million d'années. Elle est la plus ancienne des sous espèces d'Apis mellifera. Naturellement sélectionnée au fil des millénaires, elle a subi deux périodes glaciaires, la rendant ainsi la mieux adaptée à notre climat tempéré froid. C’est probablement aussi l’une des mieux préparées aux changements climatiques à venir. De cette longue évolution elle a retiré une capacité à réguler sa ponte en fonction des ressources disponibles et à réduire sa consommation de nourriture pendant la saison hivernale. Robuste, en lien avec le cycle des saisons, elle est très autonome et est de caractère docile.

 

Une espèce menacée

 

Malheureusement, sa survie est aujourd'hui menacée. Dans les années passées, l’utilisation massive de pesticides a réduit de façon considérable le cheptel d’abeilles noires, poussant les apiculteurs à importer des colonies étrangères pour reconstituer leurs ruchers. L'introduction massive dans l'écosystème de sous-espèces non endémiques d’Europe de l’ouest a provoqué une hybridation généralisée de notre abeille locale : les mâles de ces colonies d’importation vont féconder les reines noires et affaiblissent leur patrimoine génétique, ce qui diminue leur capacité d’adaptation. Si l'on n’y prend pas garde Apis mellifera mellifera risque de disparaître.

 

Une étude publiée en 2006 par le laboratoire Legs (CNRS UPR 9034, Evolution Génomes et Spéciation) montre la proportion d’abeilles noires locales (en rouge) dans les différentes régions françaises étudiées. En bleu et vert sont représentées les proportions d’abeilles importées,qui peuvent représenter jusqu’à 90% pour certaines populations. Depuis la situation s’est considérablement dégradée. En Loire-Atlantique aussi l'abeille locale est touchée par ce phénomène qui prend de l'ampleur.

 

Un projet de sauvegarde

 

Nous pensons que le déclin de notre abeille n'est pas irrémédiable. Sous l'impulsion de Yann Audrain et de Cédric Ouary, l'UNAPLA a formé un groupe de travail autour de l'abeille noire. L’objectif est de participer à la préservation de l’espèce pour les générations futures. La première étape de ce projet est de peupler progressivement les ruchers école de l'UNAPLA avec des colonies d’abeilles noires. Aujourd'hui seul le rucher école d'Ancenis en est déjà peuplé, les autres ruchers sont très hybridés.

 

Pour plus d’informations

 

La FEDCAN - https://www.fedcan.org/

ABN44 - http://www.abeillenoire44.fr/

LE RUCHER


En 2018 débutait le projet de sauvegarde de l’abeille noire. L’élevage de reines devaient permettre de fournir des colonies d’abeilles noires pour les ruchers de l’UNAPLA. L’équipe d’apiculteurs encadrés par Yann Audrain et Cédric Ouary ont ainsi installé plusieurs colonies dans le rucher de Savenay ainsi que dans le rucher de sauvegarde.

 

Vidéo

Élevage et sélection d'abeilles noires. Une saison avec le groupe abeilles noires UNAPLA.

https://youtu.be/nd5UQqjYViU (Vidéo 1 :18 :20)

 

Les étapes

 

Tout d'abord, il faut préparer des éleveuses. Ce sont des ruches qui sont largement surpeuplées d'abeilles de façon à pouvoir prendre en charge de grandes quantités de cellules royales.

 

Une fois les éleveuses prêtes, les larves des colonies sélectionnées sont prélevées et introduites dans des cupules. Ces cupules sont regroupées sur des barrettes, puis introduites dans les ruches éleveuses. Une semaine après leur introduction dans les éleveuses, les cellules royales formées sur ces cupules sont introduites dans des nucléis (petite colonie d'abeilles qui servent pour l'élevage des reines) et des ruchettes.

 

Quatre à cinq jours après la naissance des reines, il faut transporter les essaims sur les lieux de fécondation. Ce travail est effectué en fin de journée. Une semaine plus tard, les essaims sont déplacés du lieu de fécondation vers le rucher d'élevage. Il faut ensuite contrôler la ponte, marquer les reines et développer les colonies pour pouvoir plus tard les transférer dans leur ruche de destination. Cette étape de contrôle est longue et s'étale sur plusieurs semaines. S’ensuivra une période de sélection et de multiplication qui durera plusieurs années…

 

Résultat

 

De juin à août, les essaims se sont bien développés grâce à nos soins attentionnés. Fin août, ils ont été évalués après un examen attentif, et certains ont hélas dû être ventilés. Enfin nous avons pu récolter le fruit de nos efforts car une grosse quinzaine environ a été distribué aux ruchers-écoles. Quelques-uns ont rejoint le rucher abeilles noires de l'UNAPLA.

Fin 2018, les bénévoles du groupe se sont réunis afin de tirer le bilan de cette saison et établir les objectifs pour l'année suivante.