ACTUALITÉ

Lutter contre Varroa destructor

Vous pouvez d’ores-et-déjà adhérer au Groupement départemental sanitaire de Loire-Atlantique. Le GDS recommande et délivre chaque année, un traitement vétérinaire contre le Varroa. Pour pouvoir le commander, il est nécessaire d’adhérer à la section apicole.


Traiter ses ruches contre le Varroa

Le Varroa est présent dans toutes les colonies. L’enjeu n’est pas de l’éradiquer mais d’en limiter la population.

Pendant le belle saison, la population de Varroa double environ tous les 20 à 30 jours dans les colonies d’abeilles, le pic étant atteint au mois de septembre. Le niveau d’infestation étant variable d’une colonie à l’autre, l’idéal serait de ne traiter que les colonies infestées. Néanmoins, le Varroa est un parasite difficile à détecter à l’examen visuel des colonies.

En effet, pendant la belle saison, la moitié des varroas se trouve dans les alvéoles operculées de couvain (surtout le couvain de mâles). Il faut donc traiter toutes les ruches quel que soit le niveau d’infestation. A cause des échanges de varroas entre colonies (dérive des ouvrières, visite de faux bourdons parasités), plusieurs centaines de Varroas peuvent se transmettre entre colonies.

Un rucher non traité ou mal traité, constitue un danger sanitaire et une source de maladies ou de parasitisme pour les ruchers des alentours (6 km). Ainsi l’UNAPLA recommande de traiter systématiquement toutes ses ruches avec les traitements proposés par le GDS (bio ou non).

En savoir plus sur le Varroa et les traitements.